Japan is a great place for Urbex fans

Cette journée n'est pas très passionnante à raconter dans un article de blog : premièrement il a plu, deuxièmement j'ai passé une partie de la journée en train pour quitter l'île de Shikoku et rejoindre la ville d'Okayama sur l'île de Honshu, troisièmement à cause de la pluie j'ai dû faire du shopping dans l'un des plus grands centres commerciaux que j'ai vus (même aux States). Il s'agissait d'un "Aeon Mall" de 7 étages mais d'une longueur impressionnante où vous pouvez tout faire : aller au cinéma, jouer, manger de tout (même hawaïen), tout acheter (même bonnets pour chats et des petits chats "kawai"). Bref le temple de la consommation et du bonheur (soi-disant). Je vous mets quelques photos pour illustrer.

This day is not very exciting to tell in a blog post: firstly, it rained, secondly I spent part of the day to leave in train the island of Shikoku and reach the city of Okayama on the island of Honshu, thirdly because of the rain I had to go shopping in one of the biggest shopping centers I've seen (even in the States). It was a 7-storey "Aeon Mall" but an impressive length where you can do everything: go to the movies, play, eat everything (even Hawaiian), buy everything (even cat caps and little ones cats "kawai"). In short, the temple of consumption and happiness (so-called). I put some pictures to illustrate.

J'en profite alors pour évoquer un sujet que je trouve intéressant,, et que je constate de mes propres yeux au Japon : celui de la désertification rurale et de l'abandon des immeubles.

 

Je le savais, mais je l'ai vu dans les petites villes comme Ozu ou plus grandes comme Matsuyama : il y a régulièrement des maisons, des magasins, des entreprises qui sont laissés tels quels, avec tout le mobilier et les biens à l'intérieur. On a l'impression que les gens ont fui précipitamment et ont tout abandonné. Ce fût le cas bien sûr à Fukushima à cause du Tsunami et de l'incident nucléaire, mais dans d'autres lieux où il n'y a pas eu de catastrophe, celà est étonnant.

I take advantage then to evoke a subject which I find interesting, and that I see with my own eyes in Japan: that of the rural desertification and the abandonment of the buildings. I knew it, but I saw it in small towns like Ozu or bigger like Matsuyama: there are regular houses, shops, businesses that are left as they are, with all the furniture and belongings. inside. It seems that people fled precipitately and gave up everything. This was the case of course in Fukushima because of the Tsunami and the nuclear incident, but in other places where there was no disaster, it is amazing.

Les deux photos ci-dessus ne sont pas suffisamment explicites, mais je peux vous assurer que ces deux maisons sont abandonnées (vitres cassées) et qu'à l'intérieur on peut y voir tout l'ameublement, les produits en vente à terre....

The two photos above are not explicit enough, but I can assure you that these two houses are abandoned (broken windows) and inside you can see all the furniture, the products for sale on land.

 

Les occidentaux se questionnent à propos de ce phénomène : si on peut en expliquer les raisons (exode rural vers les grandes villes comme Tokyo, vieillissement de la population et très faible taux de natalité, pauvreté), les conséquences posent toujours questions. Pourquoi les propriétaires d'immeubles ou d'entreprises qui ont fait faillite laisse leurs biens meubles et immeubles à l'abandon sans l'entretenir ou bien les vendre tout simplement ?

Westerners are wondering about this phenomenon: if we can explain the reasons (rural exodus towards the big cities like Tokyo, the aging of the population and very low birth rate), the consequences always pose questions. Why are owners of buildings or businesses that have gone bankrupt leave their movable and immovable property abandoned without servicing it or simply selling it ?

 

Certaines explications sont avancées, à savoir : que la destruction et l'enlèvement des déchets coûte très cher au Japon, et que c'est moins cher de laisser le tout périr ; par ailleurs, il y a un manque de place criant, il suffit de voir la taille des appartements, le stockage des meubles de la famille est compliqué et coûte aussi très cher. Dans l'hypothèse où il y aurait un nouvel acquéreur, c'est ce dernier qui paierait les frais d'enlèvement...

Some explanations are advanced, namely : that the destruction and removal of waste is very expensive in Japan, and that it is cheaper to let everything perish ; besides, there is a lack of room, it is enough to see the size of the apartments, the storage of the furniture of the family is complicated and also very expensive. In the event that there is a new buyer, it is the latter who would pay the costs of removal ...

 

Ce phénomène s'applique également aux administrations, écoles, hôpitaux, mines etc... C'est pourquoi on voit exploser le phénomène de l'Urbex (exploration d'immeubles abandonnés en ville) au Japon. C'est un terrain de jeu idéal. Pour vous montrer ce phénomène d'abandon et la pratique de l'Urbex, je vous propose plusieurs vidéos réalisées par Ici Japon (un français et un allemand qui découvrent certains sites qui m'ont laissé bouché bée) :

This phenomenon also applies to administrations, schools, hospitals, mines etc ... This is why we see explode the phenomenon of Urbex (exploration of abandoned buildings in the city) in Japan. It is an ideal playground. To show you this phenomenon of abandonment and the practice of Urbex, I propose several videos made by Ici Japon (a French and a German who discover some sites that left me clogged).


Écrire commentaire

Commentaires : 0