Faith moves mountains but you have to climb them

Départ pour la campagne ! Au départ de la gare Karawamachi de Takamatsu, j'ai pris un teuf-teuf sympa qui m'a amené au bout d'une heure de trajet à la petite ville de Kotohira.

Kotohira est connue pour être située au bas d'un des 88 temples du pèlerinage de Shikoku. Il s'appelle Konpira-san, d'origine bouddhiste il est désormais shintoïste et dédié aux dieux de la mer. Pourquoi alors ais-je décidé d'aller visiter ce temple après avoir les plus grands temples de Kyoto, Kumano Kodo, d'Ise etc... ?

En voici la raison : il est dit que tout japonais doit un jour gravir le Mont Fuji mais aussi les 1398 marches du temple Konpira-san pour faire ses prières. Je me suis dit qu'il pourrait intéressant de me lancer dans une séquence "action" tout en approchant un lieu de prière.

Departure for the campaign ! Departing from Takamatsu Karawamachi Station, I took a nice teuf-teuf which took me after an hour to the small town of Kotohira.

Kotohira is known to be located at the bottom of one of the 88 temples of Shikoku pilgrimage. His name is Konpira-san, of Buddhist origin he is now Shinto and dedicated to the gods of the sea. Why then did I decide to visit this temple after having the biggest temples of Kyoto, Kumano Kodo, of Ise etc ...?

Here is the reason: it is said that all Japanese must one day climb Mount Fuji but also the 1398 steps of Konpira-san temple to do their prayers. I thought it might be interesting to start an action sequence while approaching a place of prayer.

 

Je m'attendais à me retrouver dans la même situation que Kumano Kodo ou de Nikko, près de Tokkyo : monter des marches le long d'un chemin dans la forêt et la montagne. Et bien ce ne fût pas le cas. C'est une rue de la ville qui grimpe vers le temple sur la moitié du chemin, puis on continue sur une "route" pavée semée de marches. Il y a beaucoup de japonais de tous les âges même en cette période de l'année qui grimpe, en râlant et soufflant. J'ai été très impressionné par l'âge avancé de certains (plus de 90 ans avec de très grandes difficultés à monter les marches malgré l'aide de leur famille).

I expected to find myself in the same situation as Kumano Kodo or Nikko, near Tokkyo : climbing steps along a path in the forest and the mountain. Well, that was not the case. It is a street of the city that climbs towards the temple on half of the way, then one continues on a paved road strewn with steps. There is a lot of Japanese of all ages even at this time of the year, climbing, moaning and blowing. I was very impressed by the advanced age of some (over 90 years old with great difficulty climbing the stairs despite the help of their family).

 

Il est aussi coutume manifestement de louer un bâton de pèlerin pour monter les marches. Fier de mes capacités de randonnées, j'ai décidé de m'en passer et de grimper rapidement les marches pour profiter du temple et des points de vue. J'ai ravalé rapidement ma fierté et comme tout le monde, j'ai souffert péniblement pour finir de monter les 500 dernières marches, plus hautes et plus raides que toutes les autres. Manifestement, la prière est réservée aux méritants, qu'ils soient dans leur dernier souffle, ou des animaux de compagnie amenés par leur maître. Arrivé en haut on peut admirer le temple et les offrandes (aux dieux de la mer qu'est-ce qu'on offre ? Des bateaux, bien entendu ! Comme ils sont trop grands, on fournit une photo du bateau en question).

It is also customary to rent a pilgrim's staff to climb the steps. Proud of my hiking abilities, I decided to do without and climb the stairs quickly to enjoy the temple and views. I quickly swallowed my pride and like everyone, I suffered painfully to finish climbing the last 500 steps, higher and steeper than all the others. Obviously, the prayer is reserved for the meritorious, whether in their last breath, or the pets brought by their master. At the top you can admire the temple and the offerings (to the gods of the sea what we offer, boats, of course, because they are too big, we provide a picture of the boat in question).

Pour terminer ma visite à Kotohira, je suis allé dans un théâtre Kabuki (théâtre populaire), où un guide m'a fait une visite gratuite et en anglais des coulisses. C'est très plutôt impressionnant et intéressant de découvrir les chausses-trappes et panneaux coulissant qui permettent aux acteurs d'entrer et sortir. Il y a même un système de treuil pour faire voler les ninjas au-dessus de la scène. C'était un bel endroit.

To end my visit to Kotohira, I went to a Kabuki theater (popular theater), where a guide gave me a free tour and English backstage. It is rather rather impressive and interesting to discover the slappers and sliding panels that allow the actors to enter and exit. There is even a winch system to get the ninja flying above the stage. It was a beautiful place.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Agnès (mercredi, 08 novembre 2017 09:23)

    La ville que tu n'as pas encore visité est ....... Sapporo !
    C'est là qu'il fallait répondre :-)