Guy Untereiner : ma rencontre à Nagoya et à Turckheim

Alsacienne par Guy Untereiner
Alsacienne par Guy Untereiner

Le hasard peut faire des choses extraordinaires, et notamment provoquer de belles rencontres. Je vais vous raconter ma rencontre avec Guy Untereiner, illustrateur et artiste alsacien au Japon.

 

 

Lors d'un voyage au Japon en 2016, j'ai eu l'occasion de m'arrêter à Nagoya quelques jours. La ville est grande et plutôt prospère. En me baladant, je décide de visiter un grand centre commercial, le Takashiyama (équivalent des Galeries Lafayette ou du Printemps au Japon). Ma technique dans ces centres commerciaux est simple : je monte directement au dernier étage, puis je les visite en descendant, les premiers étages me laissant en général indifférent (parfums et mode féminine).

A la sortie de l'escalator, je découvre que l'étage tout entier est réservé à un événementiel "La semaine Française". Rien de bien étonnant puisque ce genre d'animations est régulièrement organisé dans ces magasins. Mais je découvre sur les premiers étalages des produits de promotion de l'Alsace, et notamment de la marque "Hansi". Je sens dans mon dos, un regard insistant, et je me tourne et aperçois Guy Untereiner en train de dessiner à une table. Pensant reconnaître le bonhomme, je m'adresse à lui et nous entamons une discussion, étonnés l'un et l'autre de rencontrer un compatriote alsacien (et du Bas-Rhin) au Takashiyama de Nagoya. Nous discuterons une bonne heure ensemble au milieu d'une foule dense sur son séjour à Nagoya (il a été reçu comme un dieu) et de mon voyage de plusieurs mois au Japon. Je promets de reprendre contact à mon retour.

Retour en France

Atelier de Guy Untereiner à Drulingen (Bas-Rhin)
Atelier de Guy Untereiner à Drulingen (Bas-Rhin)

Début janvier 2017, je téléphone à Guy. Il me propose de passer le voir à son atelier qu'il occupe dans une belle maison bleue à colombages à Drulingen.

 

C'est là qu'il accomplit ses œuvres et reçoit ses visiteurs, simples touristes ou bien amis de passage. Notre artiste se révèle être un personnage plutôt timide malgré sa renommée et les multiples interviews qu'il donne aux médias.

 

Il dessine dans une petite pièce à gauche de la maison, la seule semble-t-il qui soit chauffée durant l'hiver. Nous discutons de notre rencontre au Japon, pays qu'il a beaucoup apprécié (ce n'est pas son premier séjour, il a déjà été à Tokyo) en compagnie de Christine Ferber (réputée en Alsace pour ses confitures). Il aimerait y retourner car il pressent que ses œuvres pourraient avoir du succès.

 

Nous déjeunons ensuite ensemble dans un bon restaurant alsacien aux alentours, et échangeons autour des sujets de société (les élections présidentielles, l'identité alsacienne, ses projets pour le marché de Noël à Strasbourg etc...)

 

Je le laisse à son travail en début d'après-midi, en promettant une nouvelle fois de le recontacter.

visite pour Pâques

J'avais repéré sur le site de l'office de tourisme de Turckheim que Guy Untereiner organiserait avec Anmarie Bendel (de la maison d'édition Collections et Compagnie) une exposition à la mairie de Turckheim sur la thématique "Le lapin, la poule, qui pond des oeufs ?"

 

Ni une ni deux, le vendredi saint (15 avril, férié en Alsace merci le droit local !) je vais à Turckheim. Après une visite du village paré pour fêter Pâques (maisons décorées, fontaines arrangées, parcs envahis de lapins et d'oeufs de Pâques), je rends visite à Guy. L'exposition est petite, néanmoins il est possible d'acheter de nombreuses petites choses, des livres et cartes postales, des magnets. Après mes achats, j'échange avec Guy et Anmarie Bendel mais l'affluence des touristes me fait partir pour les laisser travailler. Guy a le temps de me dire néanmoins qu'il pourrait avoir pour projet de retourner au Japon, cette fois-ci à Tokyo.

 

Ci-dessous, vous pourrez voir les photos de l'exposition et de mes achats. Vous ne trouvez pas qu'ils ont un petit côté "kawai" à la japonaise ?

Écrire commentaire

Commentaires : 0